Piscines privées… jetez-vous à l’eau

La France est le premier marché européen de la piscine installée chez des particuliers, et le deuxième marché au niveau mondial, derrière les États-Unis.

Parmi les grandes tendances, la croissance des piscines hors-sol et la démocratisation des piscines enterrées.

Dans ce dossier, retrouvez toutes les informations concernant l’installation de bassins adaptés à vos envies et votre porte-monnaie, les règles à suivre en matière de sécurité afin d’éviter les risques d’accidents et la fiscalité.

Installer une piscine, c’est également valoriser son patrimoine. Mais attention faites les bons choix.

piscine privée haut-rhin

La France compte 2,46 millions de piscines privées, soit 500 000 unités de plus que les estimations : voici ce que révèle la dernière enquête stratégique commandée par la Fédération des professionnels du secteur. L’Hexagone est leader sur le marché européen et deuxième au niveau mondial, derrière les États-Unis. L’enquête a été menée par le cabinet Decryptis pour la Fédération des professionnels de la piscine et du spa, du 26 février au 19 mars 2018 auprès d’une échantillon de 6 822 foyers habitant en maison individuelle.

39% des piscines privées se trouvent dans le sud-est

L’enquête confirme que le Sud-Est réunit le plus grand nombre de piscines supérieures à 10 m2 en France. Avec près d’1 million de piscines privées (969 100), elle représente 39% des piscines privées réparties sur le territoire et il s’agit essentiellement de piscines enterrées (60%) par rapport aux piscines hors-sol (40%).

La deuxième région la plus équipée en termes de piscines privées est le Sud-Ouest (hors Limousin), qui représente 21% des piscines privées françaises, dont 58% de bassins enterrés (contre 42% de hors-sol).

Le Nord-Ouest (avec le Limousin) arrive immédiatement derrière, avec 21% des piscines, dont une majorité de hors-sol (59%) par rapport aux piscines enterrées (41%).

14% du parc piscine dans le Grand-Est

La région Nord-Est représente quant à elle 14% du parc, avec une majorité de hors-sol (56%) par rapport aux piscines enterrées (44%). L’Ile-de-France arrive en dernière position avec 5% des piscines françaises, dont 56% de hors-sol et 44% d’enterrées.

Le boom des piscines hors-sol

Parmi les grandes tendances, la croissance des piscines hors-sol est indéniable : on en compte 1,2 million, contre 1,26 million de piscines enterrées. Elles sont idéales pour les petits budgets car elles ne nécessitent aucun ou peu de travaux. Mais ce n’est pas la piscine idéale en termes de choix, de durabilité et d’esthétisme. Sa profondeur est inférieure à 1m30.
Ces piscines hors-sol, fixes et dont le bassin est supérieur à 10 m2, profitent de la météo, bien sûr, mais aussi du dynamisme des constructions de maisons individuelles. La gamme de prix est extrêmement large, selon le choix du matériel de construction et des dimensions voulues. Les locataires (mais aussi les propriétaires) n’hésitent plus à sauter le pas, quitte à démonter et emmener leur piscine avec eux en cas de déménagement. Vous rêvez d’installer votre propre piscine, mais vous ne voulez pas vous lancer dans de lourds travaux ? Alors lisez les quelques lignes qui suivent ! Les piscines hors-sols sont la solution : plus économiques et plus faciles à installer que les piscines enterrées, elles se déclinent sous de nombreuses formes.

Les piscines en kit et autoportantes… quelles différences ? Il existe deux types de piscines hors-sol : la piscine en kit et la piscine autoportante. La piscine en kit est soutenue par une structure tubulaire métallique, ou des panneaux en acier ou en bois. Certaines piscines en kit peuvent être semi-enterrées. Les modèles les plus sophistiqués de piscines en kit concurrencent les piscines traditionnelles, et nécessitent des travaux conséquents. Leur coût peut dépasser 20 000 euros. Celui des modèles les plus simples de piscines en kit démarre à environ 1 000 euros. Les piscines hors-sol autoportantes sont plus économiques et plus simples à installer : il s’agit d’une simple poche gonflée à l’air ou à l’eau, parfois soutenue par une armature. Les modèles d’entrée de gamme se vendent à partir de 200 euros.

piscine privée haut-rhin

Les différents matériaux pour la piscine hors-sol : Pour les piscines disposant de panneaux, ceux-ci peuvent être en bois, en polymère, en métal (aluminium ou acier) ou en béton pour les installations les plus conséquentes. Les parois sont souvent peintes ou recouvertes d’un enduit pour faciliter l’intégration de la piscine dans le jardin. Les piscines autoportantes offrent moins de choix dans la finition. La poche qui contient l’eau (liner) est généralement en toile armée en PVC de couleur bleue.

Les mesures pour une piscine hors-sol : Rondes, ovales, rectangulaires, octogonales… il y en a pour tous les goûts au niveau des formes ! Les piscines en kit les plus grandes ne dépassent pas 10 m de long (15 m pour les piscines autoportantes) tandis que les modèles ronds ont un diamètre maximal de 8 m (10 m pour les autoportantes). La profondeur d’une piscine hors-sol ne peut pas dépasser 1,30 m. Une demande de permis de construire n’est pas nécessaire puisque l’installation est démontable. Toutefois, une déclaration de travaux est requise pour les piscines en kit dont la surface est supérieure à 20 m² et la profondeur supérieure à 1 m.

Bienfaits d'un spa à la maison

Préparer le terrain de sa piscine hors-sol : Les travaux de terrassement sont indispensables pour les piscines hors sol et pour les piscines enterrées. Il faut choisir un endroit ensoleillé et à l’abri du vent (et du regard des voisins). Privilégiez un emplacement éloigné des arbres pour éviter les résidus de verdure dans l’eau, et se protéger des racines qui pourraient, en progressant, entraîner des dommages. Pour le terrain il faut qu’il soit stable et de niveau (plat et plane) au risque de déformer la piscine à cause des différences de pression. Vous pouvez aussi employer les grands moyens en coulant une dalle de béton. Cela se justifie pour les grands modèles. Enfin comptez deux à trois jours d’installation pour une piscine en kit (sans compter la préparation du terrain), et une demi-journée pour une piscine autoportante.

Des piscines plus vertes…

Dans un esprit plus « vert », vous pouvez réaliser une piscine en bois qui a beaucoup d’atouts, non seulement son esthétisme mais aussi son choix de formes variées. Il existe aussi les mini piscines qui sont plus faciles à intégrer pour les espaces restreints. Elles consomment moins d’eau et sont moins chères à entretenir. Les formes et les tailles varient (2 à 4 mètres en largeur et de 3 à 8 mètres en longueur).

Des piscines enterrées plus petites

Du côté des piscines enterrées, l’heure est à la démocratisation. Désormais, la piscine orientée « natation », le must des années 80 et 90, n’est plus à la mode. Les particuliers s’offrent aujourd’hui une piscine tournée vers la détente, la piscine ludique. On est ainsi passé d’un bassin moyen de 41,7 m2 à 31,9 m2. Elles sont également moins rectilignes que par le passé et adoptent des formes plus originales. A noter aussi, qu’elles sont construites sur des terrains plus petits (espaces inférieurs ou égaux à 1 200 m2). Grosse tendance sur le marché de la piscine enterrée : les préfabriquées arrivent en première position (une sur deux en 2017). Quelles soient en béton, en matériaux composites, suivez le guide.

Piscine enterrée en béton : La plus traditionnelle, d’une grande qualité, s’adapte à vos envies et aux caractéristiques de votre terrain. Vous pouvez choisir son type de fond (incliné ou plat), sa taille, sa profondeur et sa forme (rectangulaire, arrondie, ou hexagonale).
Piscine enterrée en matériaux composites : La piscine préfabriquée ou piscine-coque est rapide à installer mais offre en revanche peu de choix de modèles.
Piscines en kit : Facile et rapide à installer, différents modèles de formes et de tailles existent. Elle requiert peu d’investissement et il est possible de la réaliser soi-même. Elle est souvent moins coûteuse. Pour bien choisir l’emplacement de son bassin, voici quelques conseils : il faut tenir compte du relief (l’endroit le plus plat est recommandé) ; il faut anticiper la facilité d’accès au chantier pour les machines (pelleteuse, camion…) ; il faut également considérer les besoins de fondations et d’électricité et prévoir suffisamment de place pour les installations annexes (pompes, systèmes de filtration, local technique…) mais aussi pour les transats et le barbecue ; il faut aussi se pencher sur les options d’entretien et de sécurité de votre piscine, certaines sont plus contraignantes ou coûteuses que d’autres, ainsi que sur les équipements divers (abri de piscine, couverture, chauffage…).

piscine privée haut-rhin

Des piscines enterrées à renouveler

70 % des piscines enterrées ou semi-enterrées ont plus de 10 ans ! De fait, de nombreux propriétaires se lancent dans leur rénovation. Dans un cas sur deux, ces opérations concernent le remplacement à l’identique du bassin. Le domaine de l’amélioration concerne avant tout de nouveaux systèmes de filtration ou d’entretien moins énergivores et plus respectueux de l’environnement, l’ajout d’éclairages, d’espaces de balnéothérapie ou encore de systèmes de chauffage.

Formalités, vous avez dit formalités…

En général une piscine enterrée doit toujours être déclarée. Les bassins enterrés non couverts de moins de 100m2 ou ne dépassant pas plus de 60 cm le niveau du sol requièrent le dépôt d’une déclaration de travaux à la mairie. Dans certains cas, un permis de construire est nécessaire. Il n’y a pas de formalités pour la plupart des piscines hors sol et les piscines non couvertes de moins de 10m 2.

Et si on faisait les comptes

Une piscine est un véritable investissement durable ce qui explique son prix parfois élevé. Selon le type de bassin, le coût peut s’étendre de 1 000€ à plus de 75 000€. Vous devez aussi considérer les frais annexes (abords, terrassement, couverture, entretien…). Il existe une très large gamme de piscines enterrées, dont les prix démarrent entre 7 000 et 15 000 euros pour celles à installer soi-même, entre 15 000 et 45 000 euros selon les équipements pour les bassins installés par un professionnel et à partir de 30 000 euros pour les piscines sur-mesure en béton. Il ne faudra pas oublier d’y ajouter les dispositifs de sécurité, qui sont obligatoires. En tête des équipements et des aménagements, les systèmes de couverture (bâches), devant les robots nettoyeurs et le traitement de l’eau. En moyenne, le budget consacré aux piscines enterrées installées après 2013 s’élève à 19 500 euros.

Les solutions pour profiter de sa piscine toute l’année

Dès l’arrivée des mauvais jours, les propriétaires de piscine ont tendance à clôturer la saison d’utilisation de leur piscine. Néanmoins, pourquoi se priver toute une partie de l’année ? Il existe des solutions pour se baigner par tous les temps et toutes les températures extérieures et pour du coup amortir plus rapidement votre investissement. Première solution : couvrir sa piscine extérieure à l’aide d’un abri pour piscine. Celle-ci sera alors protégée du vent et des intempéries, la température de l’eau descendra moins rapidement et l’entretien de la piscine en sera facilité. Il existe principalement deux types d’abri de piscine :  

L’abri de piscine bas : plutôt réservé si vous avez un usage assez peu fréquent de votre piscine pendant la saison froide car celui-ci, s’il vous permet d’être parfaitement abriter, ne vous offre pas un espace couvert très haut pour profiter au bord de votre piscine.

L’abri de piscine haut : parfait pour créer un véritable espace hermétique autour de votre piscine, vous transformez votre piscine en véritable « pool house » et pourrez l’utiliser de la même manière qu’une piscine ouverte en plein hiver ! Outre le fait de pouvoir vous baigner en plein hiver, l’abri pour piscine protège contre les risques de chute des enfants, facilite l’entretien en conservant l’eau plus propre et réchauffe celle-ci passivement. Deuxième solution : chauffer sa piscine. Si l’abri piscine permet de prolonger facilement sa période d’utilisation, il faudra également chauffer votre piscine pour vous baigner toute l’année. Le chauffage d’une piscine hors sol est la solution essentielle pour assurer une température stable quel que soit l’ensoleillement, la température extérieure et d’une manière plus générale, la météo !

Plusieurs installations de chauffage piscine sont envisageables : chauffage solaire, pompe à chaleur, réchauffeur électrique, etc… et vous permettront de maintenir votre piscine à une température idéale pour la baignade. Pour bien choisir le chauffage de sa piscine, il faut être vigilant à trois éléments principaux : coût d’installation, coût de fonctionnement et durée de vie. À partir de ces trois critères, vous serez à même de déterminer la meilleure installation pour répondre à vos besoins. Associer abri et chauffage pour votre piscine extérieure vous permettra de prolonger l’été toute l’année.

piscine privée haut-rhin

La sécurité des piscines

Les accidents dans les piscines peuvent très vite arriver, avec des conséquences parfois tragiques. Pour les prévenir, la réglementation impose un certain nombre de normes de sécurité qu’il faut connaitre, que vous soyez propriétaire ou que vous utilisiez une piscine dans un camping, un hôtel, etc.

Sont concernées par le champ d’application de la loi : les piscines privées de plein air, y compris les spas et jacuzzi, non closes, à usage individuel ou collectif et dont le bassin est semi-enterré ou enterré ; les piscines familiales ou réservées à des résidents ; les piscines privatives d’hôtels, de camping, de villages de vacances et de location de vacances. Ne sont pas concernés : les bassins d’ornement ; les piscines situées dans un bâtiment ; les piscines hors sol, gonflables ou démontables ; les « établissements de natation » visés par la loi 51-662 du 24 mai 1951, dont l’accès est payant et qui font l’objet d’une surveillance par un maître-nageur sauveteur.

L’installation, la construction et l’utilisation de piscines doivent respecter un certain nombre de mesures de sécurité et de prévention. Le point sur la réglementation en vigueur et sur les normes de sécurité obligatoires. Les accidents dans les piscines peuvent arriver très vite et les conséquences peuvent être tragiques. Pour les prévenir, la réglementation impose un certain nombre de normes de sécurité qu’il faut connaitre, que vous soyez propriétaire ou que vous utilisiez une piscine dans un camping, un hôtel, etc. Ainsi en matière de piscines privées à usage familial, il faut se référer au code de la construction et de l’habitation : toute piscine enterrée non close privative à usage individuel doit être pourvue d’au moins un des quatre dispositifs de sécurité normalisés visant à prévenir le risque de noyade : abri, alarme, barrière ou couverture. Les propriétaires qui ne satisfont pas à cette obligation encourent des sanctions pénales, notamment une amende de 45 000 €.

A noter : les alarmes par détection d’immersion font l’objet d’une réglementation particulière (décret n° 2009-873 du 16 juillet 2009 relatif à la sécurité des alarmes de piscines par détecteur d’immersion).

Les piscines privatives à usage collectif (par exemple, piscines des hébergements touristiques, des bases de loisirs…) ne sont pas soumises à l’obligation de surveillance à laquelle doivent satisfaire les piscines ouvertes au public d’accès payant, sauf si un enseignement d’activités aquatiques y est dispensé (apprentissage de la natation, cours d’aquagym, etc.). Il est néanmoins fortement recommandé de prévoir une surveillance adaptée à l’usage du bassin. Tout comme les piscines privées à usage familial, elles doivent être équipées d’au moins un des quatre dispositifs de sécurité normalisés visant à prévenir le risque de noyade : abri, alarme, barrière ou couverture.

Piscine hors sol ce qu’il faut savoir

Pour les piscines hors sol, en l’absence de réglementation spécifique, elles sont soumises à l’obligation générale de sécurité, selon laquelle «les produits et les services doivent présenter, dans des conditions normales d’utilisation ou dans d’autres conditions raisonnablement prévisibles par le professionnel, la sécurité à laquelle on peut légitimement s’attendre et ne pas porter atteinte à la santé des personnes » (Code de la consommation – article L. 421-3).

Il n’existe pas de dispositif spécifique de sécurité règlementant les piscines hors sol, gonflables ou démontables. En revanche ce type de bassin est soumis à l’obligation générale de sécurité définit par le code de la consommation. Les piscines en kit doivent ainsi répondre à la norme Afnor (NF P-90-302) d’août 2002. Norme qui a été amendée en juin 2003 pour les bassins en bois. Enfin la norme XP P 90-314 d’octobre 2007 fixe des exigences de sécurité en matière de système de filtration (pièces d’aspiration et de reprise des eaux) pour les piscines qui en sont équipées.

A noter : la présence de dispositifs de sécurité ne dispense jamais de la nécessité d’une surveillance active et permanente des enfants par un adulte.

Et quid de la fiscalité

La construction d’une piscine entraîne-t-elle le paiement de la taxe d’aménagement et l’augmentation de la taxe foncière et de la taxe d’habitation ? La construction d’une piscine est soumise à certaines règles fiscales spécifiques.

Taxe d’aménagement : Vous devez payer le montant de cette taxe dès lors que la construction de votre piscine nécessite une déclaration préalable ou un permis de construire et que sa superficie dépasse 10 m2.  Pour calculer le montant de la taxe d’aménagement à payer, vous devez multiplier la surface de la piscine (obtenue en multipliant sa longueur par sa largeur) par une valeur au m2 fixée à 200 euros. Vous devez ensuite multiplier le résultat obtenu par le taux fixé par la commune puis par le taux fixé par le département.

Taxe foncière : La construction de votre piscine va augmenter la valeur locative de votre logement. Cette valeur locative sert de base de calcul au montant de votre taxe foncière. Cette dernière augmentera donc. Cette règle concerne les piscines fixées au sol de manière à ce qu’il soit impossible de la déplacer sans l’endommager. Les piscines hors sol qu’il est possible de transporter et de démonter ne sont donc pas concernées.

Toutefois, la construction de votre piscine peut bénéficier d’une exonération de taxe foncière au cours des deux premières années qui suivent son édification en tant que construction nouvelle. Pour être exonéré, vous devez adresser une déclaration 6 704 IL à votre centre des impôts foncier dans les 90 jours qui suivent la fin des travaux.

Taxe d’habitation : De la même manière que pour la taxe foncière, la valeur locative de votre logement est prise en compte dans le calcul de votre taxe d’habitation. La construction d’une piscine augmentera donc le montant de cette valeur locative qui, elle-même, conduira à la hausse de votre taxe d’habitation.

Plus d’informations sur la sécurité des piscines sur le site de la DGCCRF (www.economie.gouv.fr) ; pour les taxes et impôts, www.droit-finances.commentcamarche.com

Isabelle

A propos de Isabelle

J’aime découvrir les nouvelles tendances et inspirations de la maison. A la rencontre de métiers fantastiques, de rendez-vous intimistes, Je vais vous les faire partager ! Notre région est une pépite de savoir-faire !