L'EAU: 3 voyelles pour un enjeu capital

Faire partie de la génération X en 2019, c’est, entre autres, se demander comment, en plus de quarante ans, les océans ont pu se transformer à ce point. Adolescents bercés par la magnifique bande son du Grand Bleu, ils ont retenu leur souffle . Jeunes parents, ils ont été charmés comme leurs enfants par Némo, ils ont caressé les requins d’Océan …

Le réveil est dur, les images insupportables : sacs plastiques, filets à la dérives, vortex de déchets… notre mode de consommation est responsable de la pollution plastique des océans.

La bouteille plastique décore nos plages

Quel est le déchet le plus souvent retrouvé sur les plages ? La bouteille plastique !D’après l’association Greenpeace, chaque année ce sont 12,7 millions de tonnes de plastiques qui finissent dans les océans. La production de plastique vierge a été multipliée par 200 depuis 1950 et augmente de 4% par an depuis l’an 2000, chaque minute 1 million de bouteilles plastiques sont vendues dans le monde.

Bientôt il y aura autant de poissons que de déchets plastiques dans l ‘océan

Le constat est lourd ! Le saviez-vous 1000 tonnes de plastique atteignent l’océan par heure ?

sur un an le chiffre atteint 8 millions de tonnes. Impossible de passer à côté, ni de détourner les yeux. Le plastique a un impact considérable sur l’environnement océanique : de la fosse de Mariannes à la banquise de l’Arctique, sans parler de l’accumulation dans les gyres, il s’insinue partout, passant des rivières, aux fleuves pour finir dans les mers du monde entier. Si rien n’est fait, d’ici 2025, l’océan contiendra 1 tonne de plastique pour 3 tonnes de poissons.

L’échelle du déchet importe peu, ingérés par les animaux, les sacs plastiques provoquent des occlusions digestives pouvant mener à la mort, les filets de pèche à la dérive enchevêtrent les animaux, les microplastiques contaminent l’eau. Les scientifiques ont encore du mal à mesurer l’impact de ce cercle vicieux sur l’homme, une étude de l’université de Newcastle en Australie estime « qu’une personne pourrait ingérer en moyenne 5g de plastique par semaine ».

Des solutions à tous les niveaux !

De nombreux citoyens engagés, collectifs et associations prennent conscience de l’enjeu et ont décidé de proposer des solutions. A tous les niveaux !  Pourquoi ne pas devenir acteur du changement, comme l’Eau Vive engagez-vous auprès de la Water Familly. Depuis 2009, l’association développe des contenus pédagogiques afin de sensibiliser les citoyens à l’importance de l’eau. L’histoire commence avec la 1ère odyssée du « flocon à la vague » : un événement sportif et éducatif à travers le pays basque qui retrace le parcours d’une goutte d’eau. Aujourd’hui, de nombreux sportifs de haut niveau portent les valeurs de cette association et parlent de leurs écogestes quotidiens pour protéger l’eau et valoriser les bonnes pratiques.

En 6 mai 2019, le président français s’est engagé à atteindre 100% de plastique recyclé en 2025 contre 20% aujourd’hui. Dans son dernier rapport l’association WWF tire une sonnette d’alarme et lance un appel à l’action collective pour éradiquer la production de plastique.  WWF zéro plastique en 2030, avec cette pétition l’association lance un défi de taille, peser sur les gouvernements du monde entier pour les inciter à bannir le plastique en 2030.

Avec le Blue Panda, voilier destiné à la protection de la méditerranée, l’association sensibilise et mobilise des citoyens contre les menaces de la pollution plastique et les hydrocarbures et lance le Stop plastique pollution Tour.

Des actions concrètes de nettoyage des océans voient le jour

Le plastique c’est dramatique ! Le groupe nantais Elmer Food Beat a modifié les paroles de sa chanson pour la bonne cause en reversant les bénéfices à Yvan Bourgnon et son projet Manta.

En 2023, ce catamaran géant larguera les amarres pour les mers les plus polluées du monde. Le bateau sera capable de collecter 10 000 tonnes de macro-déchets plastiques par an. Autonome grâce de nombreuses technologies innovantes, le Manta est une usine embarquée qui recyclera, triera et valorisera les déchets en mer.

Boyan Slat, néerlandais de 25 ans a inventé un bateau poubelle. Destiné à débarrasser l’océan pacifique des déchets plastiques flottant à la surface (50 tonnes de déchets par jour), un des premiers bateaux de l’organisation Ocean Clean Up, s’est attaqué au 7ème continent. Les premiers test réalisés début octobre 2019 sont concluants. Sa dernière invention « The interceptor » une péniche pour nettoyer les fleuves plus fleuves pollués, un bon moyen de bloquer le problème à la source.

Pour Plastic Odyssey Expédition, le 7ème continent n’est que la partie immergée de l’iceberg.

Seul 1% du plastique flotte, le reste se décompose et ne peut plus se collecter. De jeunes ingénieurs travaillent autour de deux actions : Repenser l’usage du plastique et utiliser ces déchets comme des ressources tout en luttant contre la pauvreté.

Alternatives durables, solutions de transitions, le changement est en cours et il passe par nous. Nos actions impactent l’environnement, l’économie et même la politique.

Les magasins L’Eau Vive participent à réduire la production de plastique

Engagés dans la lutte vers le zéro déchet, les magasins L’Eau Vive de Colmar et L‘Eau Vive de Wittenheim participent à rendre le monde moins pollué à travers diverses actions : Bouteilles réutilisables, fontaine à eau reminéralisée, développement du vrac …

Ensemble ! Faisons notre part !

                                                                             

L’Eau Vive Colmar

4 rue Louis Blériot – 68 000 Colmar

03 74 95 00 68

Ouvert du lundi au samedi de 9h à 19h

 

L’Eau Vive Wittenheim

9, rue Louis Aragon – 68 270 Wittenheim

09 64 06 02 70

Ouvert du lundi au jeudi et le samedi de 9h à 19h et le vendredi de 9h à 19h30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emmanuelle

A propos de Emmanuelle

Journaliste et réalisatrice Electron libre touche-à-tout, c’est caméra sur le dos, micro dans la poche et crayon à la main qu’Emmanuelle part à la rencontre des gens. Journaliste bienveillante, elle prend plaisir à mettre en lumière les lieux qu’elle visite et les témoignages qu’elle récolte.