La lutte contre le calcaire ! Des solutions existent pour une eau plus douce...

 

Pour préserver votre installation sanitaire de la corrosion ou du calcaire, vous devez être attentif à la qualité de l’eau. Trop douce cette eau va ronger vos canalisations, trop dure, vos installations vont être envahies par le calcaire. Quelle solution : l’adoucisseur d’eau ! Voici quelques règles et conseils pour vous y retrouver et ne pas vous noyer dans un océan de possibilités… Mais adoucisseur d’eau avec sel ou adoucisseur d’eau sans sel ?

La première question qui se pose c’est de savoir si vous allez partir sur un adoucisseur d’eau avec sel ou un adoucisseur sans sel.

Avant de pouvoir orienter votre choix, il faut se poser la question de la dureté initiale de l’eau. En effet, il faut choisir l’adoucisseur d’eau en fonction du TH et de sa capacité.

Mais de quoi parle-t-on ? Pour faire simple c’est la dureté initiale de l’eau.

Le TH c’est le Titre Hydrotimétrique, et c’est la première chose à connaître. La dureté, ou Titre Hydrotimétrique de l’eau, traduit la concentration en calcium et en magnésium dans une moindre mesure et s’exprime en °F (degré français).

Si le TH de votre eau est inférieur à 20 °F, il n’est en théorie pas indispensable de mettre en place un adoucisseur.

Il faut savoir que même si aujourd’hui il y a une obligation de vous fournir une eau potable, en revanche, il n’y a pas d’obligation concernant sa dureté.

Que vous soyez raccordé à un réseau public ou à une alimentation privée, la réglementation concernant la qualité de l’eau est très stricte.

Les différentes normes en vigueur vous garantissent que l’eau distribuée soit potable et sans risque pour votre santé.
Reste cet autre critère qui ne remet pas en cause cette potabilité mais qui peut s’avérer néfaste pour vos réseaux et votre installation sanitaire et qui ne fait l’objet d’aucune norme : c’est cette fameuse dureté de l’eau.
Retenez que si le TH de l’eau inférieure à 10°F, l’eau est considérée comme douce, elle contient très peu de calcium soit < 40 mg/l et a tendance à légèrement corroder et ronger les métaux mais n’entartre pas vos canalisations.
Si le TH est situé entre 10 et 20°F, l’eau est dite peu dure. De 40 à 80 mg/l de calcium, c’est la fourchette idéale. Ni trop corrosive, ni trop entartrante, l’eau participe également à votre apport quotidien en calcium et en magnésium.
Enfin si le TH supérieur à 20°F, Avec un titre > 80 mg/l de calcium, soit supérieure à 20°F, l’eau est dure, elle n’est pas du tout corrosive mais en revanche elle entartre rapidement votre installation sanitaire.

C’est le cas typique où la mise en place d’un adoucisseur d’eau est justifiée. D’ailleurs le but premier d’un adoucisseur d’eau est de corriger la dureté de l’eau.
Pour connaître le TH il existe des kits de mesure express très simples à utiliser. Vous pouvez également faire appel à un professionnel ou un laboratoire d’analyses (vous obtiendrez ainsi une mesure plus précise des différents composés qui entrent en compte dans la définition de la dureté).

Ci dessous une carte de la dureté de l’eau dans le Haut-Rhin (cliquez pour voir en grand) :

Adoucir ou limiter les dépôts calcaire ;
Régime sel ou sans sel ?

AVEC SEL : En fonction de la dureté initiale de votre eau, voulez-vous l’adoucir ou simplement limiter les dépôts calcaire et le tartre ?

Dans le premier cas, orientez votre choix vers un adoucisseur à résine (avec sel) car c’est le seul qui abaisse réellement la dureté.

Pour limiter la présence de calcium et de magnésium (autrement dit de « tartre ») dans l’eau, on utilise le principe de l’échange d’ions.

Côté chimique, l’adoucisseur va remplacer les ions de calcium (Ca2+) et de magnésium (Mg2+) par des ions de sodium (Na+).

Côté pratique, pour faire cet échange d’ions, l’adoucisseur est équipé d’une résine à travers laquelle l’eau va transiter. La résine est chargée en sodium grâce à du sel et lorsque l’eau la traverse, l’échange se fait.

Cette capacité d’échange est limitée par le volume de résine et par la dureté initiale de l’eau à adoucir. C’est pour cela que l’on retrouve deux modes de fonctionnement bien distincts.

Le mode distribution

La résine est chargée en sodium et l’adoucisseur délivre de l’eau débarrassée d’une partie de ses ions calcium et magnésium.

Nous avons donc dans les circuits sanitaires de l’eau adoucie.

Le mode régénération

Une fois que la résine est saturée en calcium et en magnésium et qu’elle n’a pratiquement plus d’ions sodium à échanger, il faut la régénérer.

Pour cela, et grâce au réservoir de sel, on procède à l’inversion de la charge de la résine. La saumure (mélange de sel et d’eau) va traverser la résine et ainsi la nettoyer et la débarrasser de tous les ions précédemment échangés.

L’eau de lavage est ensuite dirigée vers le réseau d’eaux usées.

Le cycle distribution/ régénération est assuré par un programmateur qui prend plusieurs paramètres en compte comme votre consommation d’eau estimée ; la dureté initiale de l’eau à adoucir et la capacité d’échange de l’adoucisseur.

SANS SEL : Dans le second cas, un adoucisseur sans sel est suffisant. La grande majorité des adoucisseurs sans sel fonctionne sur un principe électromagnétique. Ils ne suppriment plus les composés créant l’entartrage, mais changent leur polarité, limitant ainsi les dépôts.

Le TH de l’eau n’est pas modifié ! On ne peut donc pas vraiment utiliser le terme d’adoucisseur car c’est en réalité plus des dispositifs anticalcaires ou antitartre.

Ce type d’adoucisseur est dit « écologique » car il ne contient pas de résine (difficile à recycler), et ne nécessite pas l’apport régulier en sel. Toutefois, même si le changement de polarité limite les dépôts de tartre, les composés minéraux seront toujours présents dans l’eau. Il n’y a qu’un seul mode de fonctionnement (distribution) et pratiquement pas d’entretien ni de maintenance.

Une fois calibré sur la dureté initiale de l’eau, l’adoucisseur électromagnétique fonctionne en continu.
Certains fabricants d’adoucisseurs sans sel avancent que la polarité inversée réduit également les dépôts antérieurs (en « rongeant » le tartre existant), mais selon plusieurs organismes de certification, le CSTB notamment (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment), cela n’a pas encore été démontré.

Les avantages:

  • Une eau plus douce à la maison
  • Une réduction de la quantité de calcaire, contenue dans l ‘eau
  • un linge plus doux au lavage
  • Des appareils électroménagers en meilleure forme

Le professionnel sera trouver une solution adaptée  à la problématique propre à chaque habitation, lieu etc.

De nombreuses solutions existent, sur la dureté de l ‘eau résiduelle, de l ‘eau à maintenir et vous proposera un contrat entretien pour un équilibre parfait d’une eau équilibrée bonne pour la santé.

Une alternative à l ‘adoucisseur à mettre dans les appartements vous sera proposé par notre partenaire, la société Apenza à Richwiller.

 

https://www.mamaisonetnous.fr/partenaires/apenza/

 

Alex

A propos de Alex

Alex, 43 ans, le MONSIEUR BRICOLAGE de la maison… il teste, peste, casse, colle, refait, traque les nouveautés, la déco chic, décortique les textes de loi, déniche la dernière aide de l’Etat pour bénéficier d’un coup de pouce… bref c’est l’indispensable Homme de la maison…